un soir de février (ligne 5)

20 février 2017 § Poster un commentaire

20170215_183328-2

carnet de nuit

9 novembre 2016 § 1 commentaire

Notre univers bascule-t-il vraiment, aujourd’hui ? Il va dans le sens de la bêtise et de l’argent depuis si longtemps, déjà. Depuis si longtemps, il a trouvé dans cette violence des extrêmes sa seule valorisation. Depuis si longtemps, cette violence est notre quotidien.

1920-sonneges-land

George Grosz, Sonniges Land (1920)

 

 

corde à sauter

5 novembre 2016 § 3 Commentaires

 

Dix ans que je vis ici.

Je notais ça en 2008 :

Paris a le charme de la saleté et de la richesse, du foisonnement à l’infini et de l’impatience. Il faut y entrer comme on entrait, petit, dans la rotation de la corde à sauter. Et après s’être laissé prendre au mouvement, chercher sa respiration.

Je persiste et signe.

jeudi 6 octobre 2016 – triple lancement

23 septembre 2016 § 1 commentaire

Montréal, venir te voir en pleine rentrée occupée me donne l’impression de faire un mauvais coup. C’est encore meilleur. Tu sens bon l’automne et jeudi soir il y aura de chaleureuses personnes à la Librairie le Port de tête. On lancera Née contente à Oraibi le beau roman de mon amie Bérengère Cournut (éditions Le Tripode), des aphorismes de Normand Lalonde et mes premiers poèmes publiés aux éditions de L’Oie de Cravan.

+ Par la même occasion, le Port de tête mettra en vente la toute nouvelle édition du Démon familier, le deuxième recueil de poèmes de Benoît Chaput paru à l’origine en 2001. Avec une gravure de Julie Doucet en couverture et un poème de Roland Giguère en présentation.

lancement-loie-de-cravan-le-tripode

 

 

 

lundi 10 octobre 2016 – poésie

9 septembre 2016 § Poster un commentaire

 

Plans sauvages paraît chez L’Oie de Cravan le 10 octobre prochain au Québec.

 

couve-un-plans-sauvages-1_page_1

 

 

Du seuil de l’atelier: un renversement

2 juin 2016 § Poster un commentaire

 

Pour lire le texte de ma conférence donnée le 11 avril dernier à Montréal, à l’invitation du centre Figura, cliquer deux fois sur ce lien:

du seuil de l’atelier

 

DSC03705

 

vu

24 mai 2016 § Poster un commentaire

 

question dans les yeux, il cache une
bouteille vide entre ses jambes
vodka finie, au petit matin
tout près d’un bouquet de lavande, et puis
à côté : des acanthes en rappel
d’un ancien voyage à Rome
plus rien à voir

 

 

  • février 2017
    L M M J V S D
    « Nov    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728  
  • Archives