31 mars 2022 – rencontre à la librairie Libralire

18 mars 2022 § Poster un commentaire

Depuis quelques jours, ça y est, Une grande maison, cette nuit, avec beaucoup de temps pour discuter (L’Oie de Cravan éditeur) est en librairie en France. J’aurai le plaisir d’en lire quelques extraits et surtout d’en discuter avec l’autrice Justine Arnal le jeudi 31 mars prochain, à 19h30, à la librairie Libralire (116, rue Saint-Maur, Paris XIe). J’ai hâte de vous voir !

novembre 2021 – Une grande maison, cette nuit, avec beaucoup de temps pour discuter

8 décembre 2021 § Poster un commentaire

Il y a quelques semaines j’étais au Québec. Manière de combler un manque qui, je le sais, survient au retour de chacun de ces voyages – et encore davantage lorsqu’ils se font rares –, j’ai rapporté beaucoup, beaucoup de livres dans mes bagages. Dont celui-ci. Il n’est jamais facile d’« arrêter » la course d’un texte. Et ma « grande maison » a ceci de particulier qu’elle est un travail au long cours, enfin je le souhaite – un travail que je poursuis et qui se poursuit. Une suite non pas d’aphorismes mais d’impressions, d’épiphanies, de fulgurances. Des papiers collés. Une façon aussi d’explorer la porosité entre monde nocturne (espace du rêve, de la fiction) et monde diurne (le [dit] réel). Une tentative de ne pas laisser s’échapper les instants poétiques du quotidien, venus de la beauté comme de la douleur, de ne pas perdre leur intensité vaporeuse mais vécue, qui ne prend tout son sens, à mes yeux, qu’en étant partagée avec l’Autre.
L’idée de transformer ces impressions en projet de livre m’est probablement venue il y a des années en lisant L’heure limicole de Nathanaël et son amour des oiseaux. Je l’en remercie.
Parce que, selon mon amie L’Oie, ces textes et notes se trouvaient liés par un même esprit, un même ton, on retrouve en deuxième partie les articles parus dans la regrettée revue montréalaise et bilingue Le Bathyscaphe. Je l’en remercie aussi pour ce prolongement de vie.

Le livre paraîtra en France en mars 2022.

5 novembre 2021 – conférence à Montréal dans le cadre des États généraux du CRILCQ

8 décembre 2021 § Poster un commentaire

Merci encore à Marie-Pascale Huglo, Claire Legendre et Laurance Ouellet-Tremblay pour leur invitation à prononcer la conférence d’ouverture de la matinée dédiée à la recherche-création lors des derniers États généraux du CRILCQ (Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises) qui se sont tenus à Montréal en novembre dernier. Ce fut l’occasion d’un très riche dialogue sur la création au sein du milieu universitaire québécois.

« Sur le seuil : entre voix singulières et horizon commun » En tant qu’autrice québécoise installée en France depuis quinze ans, je m’exprime depuis un seuil, c’est-à-dire depuis une faille, un écart, le lieu d’un entre-deux fertile. Aussi pour dresser un portrait de la création artistique, plus spécifiquement littéraire, telle que je la conçois et l’observe dans mon milieu – espace d’un dialogue entre cultures issues d’horizons divers –, je me propose de penser les notions de création et d’identité dans ce qu’elles ont de plus ouvert. Il paraît impossible de réfléchir à ce qui se fait en littérature québécoise actuellement sans parler de maturité et d’ouverture, sans évoquer l’insoumission de la langue et la force d’une prise de parole. À l’inverse d’un repli, je voudrais, pour ouvrir cet espace de réflexion, penser avec vous les spécificités d’une littérature affirmée et d’une langue telles qu’elles permettent aujourd’hui de dresser des ponts entre des singularités.

Plus d’informations sur tout le programme ici.

27 octobre 2021 – dialogue imaginaire avec Albertine Sarrazin

8 décembre 2021 § Poster un commentaire

« Alors, je cours, je cours sans fin parmi les étendues d’arbres, de pierres et d’eau : nue et noire, je m’enfuis en serrant ma jeunesse, sur des pentes chinées d’air et de lumière. » (La Cavale)

J’ai eu le grand plaisir de « dialoguer » avec Albertine Sarrazin mercredi soir 27 octobre, à Grenoble, dans le cadre du séminaire « Femmes d’hier, femmes d’aujourd’hui » de Catherine Mariette. Plaisir de la parole et de la rencontre, si précieux après tous ces mois d’enfermement. Merci encore à Catherine Mariette ainsi qu’aux étudiantes et étudiants pour cet échange vivant.

Morte en 1967 à l’âge de 29 ans, Albertine Sarrazin a passé près du tiers de sa vie en détention. Sans nom, avec pour tout bagage le désamour de ses parents adoptifs, une intelligence aiguë et la volonté d’écrire, elle a su tirer de ces années de captivité un matériau littéraire lumineux et d’une rare intensité.

25-28 octobre 2021 – atelier d’écriture à l’Université Grenoble Alpes

8 décembre 2021 § Poster un commentaire

Un grand merci encore à Laurent Demanze, Catherine Mariette et Pascale Roux pour leur accueil à l’université de Grenoble, ainsi qu’à tous les étudiants pour leur participation enthousiaste à cet atelier d’écriture au long cours. Travail sur l’image, le portrait, la dramaturgie, clins d’œil entre textes croisés. Émulation ! (Plus haut, un des personnages récurrents de cette belle semaine, fixé sur mon frigo : banquier flottant dans les bains de Budapest, une œuvre de Károly Escher, photographe hongrois [1890-1966].)

en trois lettres

24 août 2021 § Poster un commentaire

« Onze écrivain.es nous convient sur les terres qu’ielles ont choisi de fouler à cœur nu. Onze lettres pour défier la distance inhérente à l’exil, pour sentir la présence, bien que muette, de l’autre à qui l’on adresse un dernier mot d’amour, une déclaration d’ennui ou la promesse d’un retour au pays. Onze lettres pour habiter son territoire. »

Le 10 août paraissait au Québec l’ouvrage collectif Prendre pays, aux éditions du Quartz, auquel j’ai contribué avec En trois lettres, un texte adressé à Kyo et aux amours perdus.

Bientôt disponible en France.

10-11 mai et 17-18 mai 2021 – atelier

24 août 2021 § Poster un commentaire

Début de retour à la vie : À l’invitation de Littérature, etc. et pour le lancement de la série Faire des histoires, j’ai pu mener un atelier auprès des collégiennes et collégiens de Tergnier (Aisne) en mai dernier. Merci à eux pour leur belle participation (malgré le port du masque !) ainsi qu’à la médiathèque L’Oiseau lire pour son accueil.

15 décembre 2020 – entretien Fictions et pouvoirs (Fixxion)

24 août 2021 § Poster un commentaire

Pour le numéro XXI de la revue Fixxion, intitulé Fictions et pouvoirs, j’ai eu la chance de discuter de mon travail avec Julien Lefort-Favreau. On trouve à sa suite un très beau texte d’Emmanuel Bouju sur Forêt contraire.

Tout le sommaire est ici.

16 juin 2020 – les parleuses – Hélène Monette

24 août 2021 § Poster un commentaire

Préparer cette séance des Parleuses sur Hélène Monette fut le plus beau prétexte pour aborder ces matières qui me tiennent à cœur – et me tiennent solide : la langue impropre, la pluridisciplinarité, le collectif, la sauvagerie, l’ordinaire, le pouvoir, la sororité… et l’occasion de citer d’autres autrices aimées. Merci à la formidable équipe de Littérature, etc. !

On trouve le podcast de la séance ici.

mercredi 19 février 2020 – la nuit sauve

25 février 2020 § 2 Commentaires

 

En librairie au Québec le 19 février 2020, La nuit sauve dans la « série P » des éditions Héliotrope. Je remercie toute l’équipe !

 

nuitP3

Où suis-je ?

Catégorie actualité sur notes obliques.