à la mesure d'une volonté

2 février 2009 § 4 Commentaires

Avec le temps l’impression d’étrangeté s’estompe, l’exil se tranquilise. En suivant de près la politique canadienne depuis mon départ j’ai de plus en plus le sentiment d’avoir abandonné (en pratique et non en théorie) un navire en train de couler. On aura beau dire que ce qui se trame en France n’est guère mieux (la droite demeure en force, ou du moins c’est ce qu’on parvient à nous faire croire à grand coup de fric), la ville que j’habite me semble fidèle à sa mission habituelle : elle est un véritable abri culturel, et ceci est incroyablement rassurant. S’il y a une “façon de faire” à respecter au quotidien, dans les cafés ou ailleurs, quand on veut éviter les grincheux, pour le reste, on peut bien dire que le pays ouvre la porte aux différences en matière de culture. J’aurais beau patauger, me démener comme une diablesse, je ne recevrais jamais la moitié de l’appui que j’obtiens en ce moment pour mon travail si j’étais au Québec. (Il y a évidemment une question de moyens financiers en place, mais bon…) C’est un curieux paradoxe. La France a beau avoir ses tendances au racisme et à la pédanterie, elle valorise, vraiment, la culture. Elle passe outre mon accent (qui refuse de disparaître) et m’invite à créer à la mesure de ma volonté.

Le Québec (si aliéné – au sens d’une personnalité altérée) pourrait-il un jour se donner les mêmes moyens ? en proportion ? Ça demeure mon plus grand souhait. On semble pourtant s’éloigner de plus en plus de cette mission. Et ce n’est pas James Moore, ni la couronne britannique, qui y changera…

§ 4 réponses à à la mesure d'une volonté

  • Mo K dit :

    Tu as raison. C’est René-Daniel Dubois qui fait remarquer que le Québec est la sixième province, au Canada, pour l’investissement en culture… dans une province où elle est supposée être si importante. Au contraire, la langue semble être ce qui nous unit, mais tout ce qui compte, c’est l’instrument, et non la matière à travailler (la pensée).

  • exilee dit :

    C’est navrant.
    (Décidément, il me plaît bien, René-Daniel Dubois. Sa colère est drôlement saine je trouve.)

  • exilee dit :

    À quand un blog « Québécois pour la culture : debout! » ? Il existe sans doute déjà… Ça ne suffirait pas mais ce serait déjà ça.

  • Mo K dit :

    Je suis dans un groupe facebook pour la liberté de penser au Québec… Il y a de l’espoir !

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement à la mesure d'une volonté à notes obliques.

Méta