hiatus

5 janvier 2012 § Poster un commentaire

 

Quand je te parle une fois sur deux c’est la catastrophe. Une fois sur deux, après avoir raccroché je prendrais le portable pour le lancer le plus fort et le plus loin possible, en l’occurrence, vers le plafond. Je l’imagine exploser et ça me soulage, je vois les pièces de métal et de plastique voler en éclats et c’est fou le bien que ça me fait.

Parce qu’une fois sur deux, par un étrange phénomène d’étourdissement, je te confirme cette fausse impression que tu as de moi et qui te rend si fier. Ces malheureuses fois-là, je fonce droit vers ce que je veux éviter, comme à ce jeu idiot : on se tient le front collé à une batte de baseball en tournant le plus vite possible, en maintenant la batte à la verticale appuyée au sol gazonné, ensuite il faut courir mais en bon prudent on jette un coup d’œil à l’obstacle qu’il faut éviter, une piscine, un arbre, n’importe quoi, et ce coup d’œil, mes amis, nous fait foutu. On court, on court, on court droit vers la chose qu’il faut fuir, et pour finir on se pète joyeusement la gueule.
Une fois sur deux tu penses avoir raison alors que tu t’enfonces le doigt dans l’œil jusqu’au coude : je n’ai pas la consistance d’une gelée au porto, je suis plus solide qu’une montagne de camions-remorques (on a les références de solidité qu’on peut), j’ai la tige de vie plus sûre et plus droite qu’un érable de Norvège, seulement ceci :

je ne le crie pas.

Les gens qui bombent le torse pour crier qu’ils sont brillants ou costauds m’emmerdent et me fatiguent. Pendant qu’ils s’épuisent à monter en neige des blancs d’air, beaucoup, beaucoup de choses se passent dans les interstices. Et c’est justement là que j’aime me tenir.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement hiatus à notes obliques.

Méta