mitan

29 novembre 2011 § Poster un commentaire

 

“il y a des évanouissements,
ils ne sont rien d’autre que des morts
dans un corps vivant”
écrivait Döblin*
de son Biberkopf

notre essence constituée de petites morts
nous rendrait lumineux
comme des soleils
qui ne brûleraient personne
juste ils réchaufferaient
le creux du lit

si

 

* traduction d’Olivier Le Lay

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement mitan à notes obliques.

Méta