coups d'aile

23 février 2009 § 2 Commentaires

Des heures que le ciel est lourd et sombre. Pourtant il ne pleut pas et il n’est pas très tard. On sent que ce sera bientôt les giboulées de mars. Des billets de train pour Strasbourg (un petit bain frais sans changer de pays), sur un coup de tête. L’envie de bouger : il paraît qu’elle est un trait caractéristique des gens du “Canada”. Je ne sais pas mais c’est vrai que depuis bientôt quinze ans, comme beaucoup d’autres, j’ai brassé de l’air, à grands coups d’aile, sans trop savoir où j’allais par ailleurs. Le but recherché était diablement flou. C’est bien propre à la vingtaine dira-t-on.

J’ai relu de vieilles lettres (elles datent d’il y a cinq ans mais on dirait des siècles). Un vague à l’âme, depuis la lecture, s’est installé. (J’étais vraiment paumée – paumée : j’emprunte cette expression efficace.) Quel sens donner aux difficultés que l’on s’impose ? Sommes-nous à la hauteur ou forçons-nous les choses ? Ces amitiés étaient-elles vraies ? Certains abandons me serrent le cœur. D’autres m’allègent.

Ça y est déjà la nuit s’est installée.

§ 2 réponses à coups d'aile

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement coups d'aile à notes obliques.

Méta