la faille

18 juin 2012 § Poster un commentaire

 

À gauche, la porte entrouverte, une brèche par laquelle fuit la lumière pour s’avancer vers le lit où je me trouve encore. À ma droite immédiate, en quatre planches de pin au verni mal appliqué, la table de chevet semblable à des milliers d’autres, à monter soi-même. De la jeune poussière mêlée à de l’ancienne, plusieurs fois déplacée, selon le livre qu’on regarde. Sur la tablette du dessous, ce qui rassure et rappelle de bons souvenirs : des livres amis n’exigeant rien d’autre qu’un regard en coin de temps en temps. Sur le dessus, ceux-là ne sont pas davantage exigeants (bien que). Il s’agit plutôt de réclamer d’eux quelque chose, tous les soirs ou toutes les nuits, qui donnerait rêvasserie à foison.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement la faille à notes obliques.

Méta