fléau

23 juin 2014 § Poster un commentaire

 

Le plus beau fléau garde les jambes ouvertes, les
doigts écartés, les cheveux préhensiles comme des
bêtes courtes cherchant du nez, trouvant du nez. Le
plus beau fléau frappe où je sais, sans écarter la
plèvre et la peau, soulever le masque, le méchant
loup, le hurleur épluché, l’herbe, sans découvrir le
soleil, vieux battu mais pointu.

Un Attila. Vomiques (1973), Eugène Savitzkaya

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement fléau à notes obliques.

Méta