sans visage

25 juin 2014 § Poster un commentaire

 

Dans le flou de leur souffrance rarement énoncée, mon mari et mon pays se rejoignaient. Leur honte d’avoir grandi sans visage – de ne plus s’en souvenir – n’avait d’égale que leur gentillesse. Plus ils perdaient leurs traits, plus ils se montraient gentils avec leurs camarades, obéissants avec leurs maîtres, serviles avec leurs voisins. À force de chercher l’aval d’un plus fort, plus grand, plus mère, plus père, plus protecteur, le Liban se revêtit peu à peu du réflexe affectif du colonisé qui s’attache à sa propre négation.

Hyam Yared, La Malédiction (éd. des Équateurs, 2012)

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement sans visage à notes obliques.

Méta