Ville invisible

18 janvier 2007 § Poster un commentaire


Dans la ville que j’habite aujourd’hui il fait gris, il fait tempête de vent. C’est une ville immense, et assez dense. Comment s’appelle-t-elle ? Aucune importance au fond. Puisque de toute façon, la ville que je vois, c’est celle que j’invente. J’aurais beau vous la nommer ou vous la décrire, vous la verriez autrement que moi. Elle représenterait un rêve que vous caressez depuis longtemps, ou le cauchemar d’une époque antérieure, ou je ne sais quoi encore de différent de ce que je choisis de voir dans cette jungle.

Je lis le Walden de Thoreau pour m’imaginer au calme. La traduction est malheureusement désastreuse (c’est une édition bilingue assez peu lue je crois – et je sais maintenant pourquoi). J’aimerais tenter cette aventure, celle de Thoreau à Walden.

Je prends la décision d’écrire ici à l’insu des personnes qui partagent ma vie. Tiens. Une sorte de secret, ce carnet. Un secret sur la Toile.

Les commentaires sont fermés.

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Ville invisible à notes obliques.

Méta