portrait d'os

17 juin 2008 § 1 commentaire

On sent toute la maigreur de la jeune saltimbanque. Quelques lignes suffisent pour exprimer le désordre de sa chevelure abondante et un peu raide. Les mains sont toujours plus importantes que l’épaule ou la joue. Le mouvement de l’articulation du poignet révèle le geste au bouton du vêtement. Les côtes visibles dans le dos ou sous les seins d’enfant soulignent la pauvreté. Les coudes en saillie. Un creux derrière l’omoplate révélée par le déhanchement naturel. Un ventre d’affamée gonflé par un grand nombre de déserts. Une soumission qui n’est pas innocente. Une soumission qui brille d’intelligence. La pose est pour manger demain. Le déhanchement pour servir. Le menton penché sur la poitrine pour la concentration. C’est avant la pose que l’homme aux crayons comprend son sujet. Déjà. On devine des pieds d’enfant par ces quelques traits au bas de la jupe. Nudité sèche. Beauté de l’os.

(sur un croquis de Kokoschka)

§ Une réponse à portrait d'os

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement portrait d'os à notes obliques.

Méta