en attendant la forêt (bis)

10 novembre 2011 § Poster un commentaire

 

On n’aime pas prévoir, sauf la forêt. D’ici là, on observe. Lui : jambon-gruyère dans une main, un polar dans l’autre. Plus loin, à ma droite : les yeux enfoncés dans leurs orbites à force d’avoir peur de voir. À ma gauche, un homme d’âge mûr et son coca. Devant, deux jumeaux en survêtement sportif qui brille. Pour passer le temps, on joue au jeu des sept erreurs en les regardant.

Un peu de calme. Tout arrive. L’après-midi sera “productif”. La journée nous appartient encore, la preuve : où je suis née, il n’est pas encore midi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement en attendant la forêt (bis) à notes obliques.

Méta