finir dans ta terre

19 février 2013 § Poster un commentaire

 

le pays perdu s’épaissit en couches superposées avec les années de telle sorte qu’on l’aperçoit lentement qui pointe au-dessus du mur et qu’à force je pourrai le saisir et le tirer à moi et lui parler bien en face mais pour rien, avant d’enfoncer la tête dans son ventre / me lover dans ton ventre qui tremble ou dans ta terre pour finir, c’est ça l’idée

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement finir dans ta terre à notes obliques.

Méta