miettes

6 août 2013 § Poster un commentaire

 

Il lui avait offert son carnet de notes de voyage, un grand cahier peu épais. Ce qu’on trouvait à l’intérieur n’était pas très beau : du papier quadrillé grossier sur lequel s’étendait une écriture bizarre. Peu de mots mais qui s’étiraient du haut jusqu’en bas de chacune des pages plutôt que de gauche à droite, formant des paragraphes quasi illisibles tout en étant soignés, on aurait dit des visages anguleux de vieillards devenus de plus en plus longs avec l’âge. Le résultat résumait bien le personnage qui en était l’auteur : il prenait un maximum d’espace en offrant, sous des apparences de débordement trompeuses, très peu de lui-même. En vérité que des miettes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement miettes à notes obliques.

Méta