mon Réal (5)

10 août 2015 § Poster un commentaire

 

Je décide un soir de flemme, pas tous les jours dimanche, de commander une pizza blanche. Ils ont pignon sur rue depuis quelques semaines dans le quartier, j’ai noté leur numéro en rentrant à la maison, un après-midi. Une enseigne épurée, verte pour symboliser la santé, les bienfaits du légume ou de la luzerne en général. Un homme vient sonner à la porte, je ne sais plus, trente minutes plus tard, avec une pizza… pas cuite. Notre four est en panne, mademoiselle, excuse-moi. Mais tu vas voir, c’est pas compliqué, tu mets le four à quatre cents, ça prend dix minutes à cuire. Je lui demande combien je lui dois. Non, non, ça va être beau, on va te faire ça gratis… Moi qui suis cassée comme un clou, ça tombe bien. Il paraît qu’on appelle ça : être né sous une bonne étoile.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement mon Réal (5) à notes obliques.

Méta